Du 12 février au 12 mars à Beuil

collaboration entre Anne-Laure Wullai et Benoit Barbagli

Derrière la mer

Communiquée de Presse

Télécharger les photographie en HD

Pour son exposition de février 2017, intitulée Derrière la Mer, la Galerie de Beuil est heureuse d’accueillir deux jeunes artistes contemporains dont les débuts sont salués par la critique.

L’exposition est organisée en partenariat avec la Galerie Eva Vautier de Nice.

Anne-Laure WUILLAI ( née à Versailles en 1987)   Parcours : ENS Cachan. 

Diplômée de l’Université du Québec. Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. 

Anne-Laure Wuillai déconstruit  les structures quotidiennes qui régissent notre vie : agendas, calendriers, cahiers d’école, quadrillages, plannings,… afin de redonner sa place à l’humain. Les objets banals qu’elle installe sont autant de défis à notre corps, c’est-à-dire  à ce qui regarde mais qui est aussi regardé, à  ce qui voit mais ne se voit pas (sauf dans un miroir). Jouant avec les normes et le normatif, elle trace le paradoxe de notre présence au monde, une présence tiraillée entre la liberté et la contrainte, le moi et l’autre.

www.annelaure-wuillai.com   

Benoît BARBAGLI (né à Nice en 1988)  Parcours : Diplômé de la Villa Arson. Photographe, performeur, voyageur.

Le travail de Barbagli est un travail performatif, c’est-à-dire de mise en scène à la fois de lui-même et des paysages de mer et de montagne. Il s’apparente au Land Art, mais un Land Art qui révèlerait une profonde spiritualité. En impliquant certains gestes ou certaines positions de son propre corps dans toute sa pureté et sa nudité, ses photographies parlent un langage métaphorique et symbolique. Avec lui, nous sommes happés par les vibrations du cosmos  et nous pénétrons dans la mémoire du monde. « L’âme est une fonction du corps », disait Darwin.

www.benoit-barbagli.com

Dans l’exposition

Shape of a Mountain

Shape of the Mountain (la forme de la montagne) est un projet initié au Népal , à travers un trek autour de la chaîne d’Annapurna du second massif de l’Himalaya.
Un jeté d’encre d’une falaise sur une toile en contrebas.
La chute de l’encre et l’aspect du sol forment l’empreinte sacrée de cette terre verticale qui capte de la montagne son vertige et sa chute, son temps géologique et son espace sans limite. La montagne fertile donne naissance au subtrat qui se dépose sur la toile : le bois qui grandit sur celle-ci devient ainsi encre.

Vision du sublime chez Kant, elle excède la capacité de l’esprit humain à la penser, à la représenter. C’est ainsi que le geste de l’artiste disparaît pour laisser les singularités formelles de celle-ci s’exprimer.
Dans un élan zen méditatif, elle rappelle la démarche des calligraphes chinois qui cherchent dans leur geste le sentiment de vacuité.

Annapurna, 2016, Annapurna, Népal ( à droite), Notre-Dame d’Amirat , 2016, Amirat, Alpes-Maritime (à gauche) série Shape of a Mountain

Encre au charbon sur toile, 190 x 130 cm


Shape of a Nature #1
 , Alpes-Maritime , Notre Dame d’Amirat , 2016

Shape of peace

La forme de la paix

Balasama, Himalaya, demeure de Shiva autour d’Annapurna

La montagne des formes

Les corps en paix

Montagne des protèges

La forme de la paix

Balasama, Himalaya, demeure de Shiva autour d’Annapurna

Gangapurna Balasama
série Shape Of Peace, Annapurna, Népal, 3519 mêtre
3 exemplaires sur Dibond, caisse américcaine noir, 40 x 60 cm

 

 

Vue d’Exposition