fbpx

Newsletter

Panier

-1
archive,tax-portfolio_category,term-galerie-eva-vautier,term-272,theme-stockholm2021_9,qode-social-login-1.1.3,stockholm-core-2.3.2,non-logged-in,woocommerce-no-js,select-theme-ver-9.0,ajax_fade,page_not_loaded, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,menu-animation-underline,side_area_uncovered,header_top_hide_on_mobile,,qode_menu_center,qode_sidebar_adv_responsiveness,qode_sidebar_adv_responsiveness_1024,qode-mobile-logo-set,qode-wpml-enabled,qode-single-product-thumbs-below,wpb-js-composer js-comp-ver-6.7.0,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-73338

Tout autour, l’eau – Galerie Eva Vautier – Novembre 2022 – Janvier 2023

Photographie: Sisyphe collectif III, 2021, © Benoît Barbagli, Participants : Aimée Fleury, Diégo Evrard

Tout autour, l’eau

 

Exposition du 26.11.2022 au 14.01.2023

Vernissage le vendredi 25 Novembre à 18h à la Galerie Eva Vautier

Plus l’effondrement frappera fort, plus la joie sera nécessaire.

Ne vois pas dans ces mots, un Don’t look up* détournant le regard des causes, mais bien un outil à usage révolutionnaire. La joie est le liant de nos interactions, une puissance d’agir, de construire collectivement. En rendant possible le commun, elle devient un acte de résistance.

Sans ce commun, la pensée écologique déraisonne. Alors que les limites planétaires sont dépassées une à une, que peut donc la joie ? Que peuvent quelques corps immergé nageant en cercle sous l’eau, sans vêtement, sans outil, sans parole ? Quelques mouvements frénétiques pour atteindre la surface, prendre une respiration et replonger, en apnée, en apesanteur : Tout autour l’eau, tout autour la vie.

À plusieurs, nus, immergés dans l’eau, se déconstruisent les sophistications de notre culture, se redessinent les rapports immédiats dont la nature est le premier lien, omniprésent, indépassable. Lors de la création d’une image, ce n’est ni la composition, ni l’originalité visuelle ou conceptuelle qui est recherchée. C’est la résonance harmonique des liens et des émotions entre individus entourés par la nature qui compose une esthétique : une éthique de la perception.

Lire le manifeste en entier en ligne – ou acheter le livret (disponible à la galerie Eva Vautier)

Dans le cadre du festival Ovni, à l’étage de la Galerie sont projetés le film Immersion qui raconte la genèse des photographies de l’exposition, ainsi qu’une série de vidéos créée par les artistes :

Mona Barbagli, Tristan Blumel, Evan Bourgeau,  Aimée Fleury, Camille Franch-Guerra et Justine Leroy.

Détail du programme des vidéos

Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
Benoît Barbagli "Tout autour, l'eau" 2022 vue exposition galerie Eva Vautier
26112022-sans titre09850
26112022-sans titre09847
previous arrow
next arrow

La galerie Eva Vautier a le plaisir de présenter Tout autour, l’eau, première exposition personnelle de Benoît Barbagli à la galerie.

Benoît Barbagli a une pratique artistique protéiforme, il tire ses œuvres de la nature. Il se questionne sur l’éthique de l’image et l’empreinte qu’elle laisse. Dans les images de l’artiste, prises le plus souvent en milieu naturel et en collectif, se reflètent le partage et le lien privilégié qu’il entretient avec son environnement. Il collabore depuis 2018 avec le collectif PALAM (du latin « en présence de ») dont il est un des membres fondateurs.

Pour Elodie Antoine, historienne de l’art, « l’œuvre de Benoît Barbagli interroge les possibilités contemporaines d’une écriture photographique à travers la performance. Il nous propose un récit photographique dont le sujet demeure énigmatique.
Qui en est le narrateur ? L’auteur, les performeurs ?
L’artiste semble volontairement brouiller les pistes laissant au regardeur la place que Roland Barthes offra au lecteur – Le lecteur nait de la mort de l’auteur.

Les univers aquatiques mis en scène par Barbagli nous renvoient à des états et des formes primordiales – le liquide amniotique, le cercle, dans lequel viennent se mouvoir et se lover des corps dénudés. Un corps à corps avec la nature, un état ancestral de l’homme dans son lien étroit et privilégié avec les éléments : l’eau, l’air, la terre. Des éléments auxquels ses sculptures viennent se faire l’écho – de la courbe de la montée des eaux à l’expansion de la vie depuis la naissance de l’humanité en passant par les variations des températures terrestres. Les œuvres photographiques et sculpturales de Barbagli questionnent notre être au monde, ses mutations et ses métamorphoses, ses possibles alternatives aussi. »

uvre originale, Deep Blue, 2022, 90 x 60 cm
uvre originale, Submarine Jazz duo , 2022, 130 70,1 cm
uvre originale, Mer de pierre III, 2022, 19x19x2cm
uvre originale, Thétis & Chronos, 2022, 60 x 60 x 15 cm
uvre originale, Sisyphe collectif IV, 2021, 50 28,1 cm
uvre originale, Hydrophilia, 2022, 120 67,8 cm
uvre originale, Lumière amoureuse, 2020, 100 x 60 cm
uvre originale, Mer de pierre II, 2022, 19x19x2cm
uvre originale, Sorror, 2022, 90 50,6cm
uvre originale, Sisyphe collectif III, 2021, 73 x130 cm
uvres insitue, Sisyphe collectif III, 2021, 246 x 308,7 cm
uvre originale, Rituel Subaquatique, 2021, 130 73,1
uvre originale, La victoire et la joie derrière le flou , 2022, 20 x 28 cm
uvre originale, Mer de pierre I, 2022, 19x19x2cm
uvre originale, Eros & Chronos, 2021, 30 x 20 x 20 cm
uvre originale, Origine de la joie, 2021, 82.5 x 120 cm
uvre originale, Helios & Chronos, 2021, 60 x 30 x 30 cm
uvre originale, Sisyphe collectif - II, 2022, 130 x 104 cm
uvre originale, Deep Blue, 2022, 90 x 60 cm
26112022-sans titre09839
26112022-sans titre09840
26112022-sans titre09844
26112022-sans titre09847
26112022-sans titre09841
previous arrow
next arrow
 

A rose is a petunia is a mimosa – Galerie Eva Vautier – du 14 juin au 10 septembre 2022

a rose is a petunia is a mimosa

Exposition collective – du 14 juin au 10 septembre 2022

Vernissage le samedi 11 juin à 18h.

“A rose is a petunia is a mimosa” 2022
vue exposition galerie Eva Vautier

Vue d’exposition, a rose is a petunia is a mimosa, © François Fernandez

Exposition collective avec :

Benoit Barbagli, Frédéric Bauchet, Ben, Marc Chevalier, Nina Childress, Gregory Forstner, Camille Franch-Guerra, Anita Gauran, Nathalie Gilles, Amon Ezra Kaiser, Natacha Lesueur, Ingrid Luche, Marie Noury, Gérald Panighi, Bruno Pélassy, Hugues Reip, Takako Saito, Alain Séchas, Unglee, Annie Vautier et Agnès Vitani.

Une exposition proposée dans le cadre de la 5ème Biennale des Arts de Nice coordonnée par Jean-Jacques Aillagon.

 

« Un gros rosier se dressait près de l’entrée du jardin. Les fleurs qu’il portait étaient blanches mais il y avait trois jardiniers qui s’activaient à les peindre en rouge. Alice trouva cela très étrange… »
Lewis Caroll, « Alice au Pays des merveilles », (1869)

 

C’est à la découverte d’un jardin extraordinaire que nous convie la galerie Eva Vautier. Invités par les commissaires (Natacha Lesueur, Eva Vautier et Agnès Vitani), cet été vingt artistes nous offrent des fleurs, revisitant un thème pour le moins classique en usant de procédés extrêmement divers.

 

Fleurs luxuriantes ou fragiles, décoratives ou essentielles, avalanche de pétales, étouffant mimosa… Qu’elles soient réalistes ou détournées, leurs fleurs disent tout ce que savent dire les fleurs.

En 2022, la Ville de Nice programme sa cinquième Biennale des arts sur le thème des fleurs. Après Un Eté pour Matisse (2013),Promenade(S) des Anglais (2015), Ecole(S) de Nice (2017), et L’Odyssée du Cinéma (2019), cette cinquième édition – initialement prévue en 2021 et reportée à 2022 à cause de la crise sanitaire – célébrera le lien profondément enraciné, presque mythologique, unissant la ville de Nice, ville verte de la Méditerranée, et les fleurs.

Voulue par Christian Estrosi, Maire de Nice, et coordonnée, depuis 2013, par Jean-Jacques Aillagon, la Biennale des arts est un rendez-vous culturel bien inscrit dans la saison niçoise. Cette année encore, elle viendra illustrer l’exceptionnelle vitalité culturelle et artistique de Nice, qui aspire à devenir, en 2028, capitale européenne de la culture.

Dossier de presse
Revue de presse

Avec plaisir III – Galerie Eva Vautier – 2 décembre 2020 au 16 janvier 2021

Exposition collective et évolutive

du 12 décembre 2020 au 16 janvier 2021

BEN06250
BEN06140
BEN06147
BEN06116
BEN06102
BEN06077
BEN05934
BEN05791
BEN05787
BEN05786
BEN05771
BEN05759
BEN05695
BEN05869
BEN05731
previous arrow
next arrow

Ben, Benoît Barbagli, Mona Barbagli, Tom Barbagli, Olivia Barisano, Arnaud Biais, Tristan Blumel, Evan Bourgeau, Pauline Brun, Marc Chevalier, Alexis Cicciù, Joseph Yosef Dadoune, Nicolas Daubanes, Kristof Everart, Anne Favret et Patrick Manez, Aimée Fleury, Gregory Forstner, Camille Franch-Guerra, Jacqueline Gainon, Alice Guittard, Jacques Halbert, Laurie Jacquetty, Jiyoon Jang, Douglass Laclass, Natacha Lesueur, Fiorenza Menini, Gilles Miquelis, Frédérique Nalbandian, Gérald Panighi, François Paris, Charlotte Pringuey-Cessac, Caroline Rivalan, Omar Rodriguez Sanmartin, Justin Sanchez, Jean de Sagazan, Simone Simon, Cedric Teisseire, Agnès Vitani, Agathe Wiesner et Anne-Laure Wuillai.

La Galerie Eva Vautier vous invite à découvrir et partager l’exposition Avec Plaisir #3 dans un accrochage évolutif présentant une sélection de nouvelles œuvres originales et d’éditions des artistes de la galerie et de leurs invités. 

 

Durant cette période si particulière pour nos artistes, nous avons à coeur de les soutenir.  Quoi de mieux que tous les réunir pour vous ?

Avec plaisir II – Galerie Eva Vautier – Du 14 décembre 2019 au 1er février 2020

Avec Plaisir 2

 

 

Benoît Barbagli, Tom Barbagli, Olivia Barisano, Arnaud Biais, Ben, Jeanne Berbinau-Aubry, Evan Bourgeau, Marc Chevalier, Joseph Dadoune, Nicolas Daubanes, Sandra D. Lecoq, Kristof Everart, Gregory Forstner, Camille Franch-Guerra, Jacqueline Gainon, Anita Gauran, France Gayraud, Alice Guittard, Jacques Halbert, Geoffrey Hendricks, Laurie Jacquetty, Douglass Laclass, Natacha Lesueur, Juliette Liautaud, Gilles Miquelis, Frédérique Nalbandian, Caroline Mary, Gérald Panighi, Ben Patterson, François Paris, Florian Pugnaire, Charlotte Pringuey-Cessac, Caroline Rivalan, Omar Rodriguez-Sanmartin, Manon Rolland, Simone Simon, Florent Testa, Agnès Vitani, Agathe Wiesner, Anne-Laure Wuillai

 

Exposition du 14 décembre 2019 au 1er février 2020

 


Florent Pugnaire, Tôle sanglée – Photo François Fernandez
La Galerie Eva Vautier vous invite à découvrir et partager, dans un accrochage évolutif expérimental, une sélection de nouvelles œuvres originales de 40 artistes, dessins, peintures, photographies et sculptures.
Egalement, de nombreuses éditions limitées d’artistes spécialement pour Noël, des sérigraphies, des objets, des T-Shirts d’artistes, des catalogues…

AZIMUTH – Galerie Eva Vautier – 12/04/2019 – 31/07/2019

Azimtuh, Galerie Eva Vautier 12/04/2019 – 31/07/2019  

AZIMUTH

Benoît Barbagli, Tom Barbagli, Evan Bourgeau

Camille Franch-Guerra, Omar Rodriguez Sanmartin

Florent Testa, Anne-Laure Wuillai

Vernissage vendredi 12 avril à partir de 18h

Exposition du 13 avril au 28 juin 2019

Avec la participation de

Célia Vanhoutte, scénographie énergétique

Frédéric Blancart, commissaire d’exposition

« “Qui nous a traînés ici ? Je le maudis !“
Cette phrase revenait souvent avec ces variations :
“Mes mains sont gelées !“, “Je suis encore tombé dans un trou !“, “Ce n’est pas le bon chemin“.
Parfois la vallée taisait les grognements, à d’autres instants elle leur offrait un puissant écho. À 2500 mètres d’altitude, dans les montagnes du Mercantour, la traversée du Trécolpas vers le refuge de la Cougourde fut bien plus ardue que nous l’avions imaginé. Tout d’abord parce que les raquettes de premier prix en dévers, ça ne marche pas. Ça déchausse tout le temps, tu perds l’équilibre, tu tombes sur le côté et puis bon courage pour te relever. […]
Du courage, il en fallait pour se lancer dans cette aventure, pour quitter nos ateliers et  penser que nous allions faire des pièces là-haut, “en communion avec la nature“, qu’ils disaient ! 
Et dans les derniers mètres de la journée, les plus durs de tous, revenait encore cette phrase : “Mais pourquoi fait-on ça ?“
Oui pourquoi ? On tente de vous expliquer : Nous avons à créer des œuvres pour une exposition le 12 avril 2019 à la Galerie Eva Vautier. 
Quelques semaines plus tôt, le titre avait été décidé : “Azimuth“. Entre Exode, Exotopia, Azimut tous azimuts, “Azimuth“ avait triomphé. »
Extrait, Tous Azimuth, chapitre I, 2019.

Lisez la suite de  l’histoire d’Azimuth :

Azimuth

La Galerie Eva Vautier et les artistes Benoît Barbagli, Tom Barbagli, Evan Bourgeau, Camille Franch-Guerra, Omar Rodriguez Sanmartin, Florent Testa, Anne-Laure Wuillai, accompagnés du commissaire Frédéric Blancart*, et d’une scénographie énergétique proposée par Célia Vanhoutte, présentent l’exposition Azimuth. À l’origine, chemin ou direction, le terme « azimuth » désigne en topographie l’angle horizontal établi depuis la direction du nord, vers celle d’un point à l’horizon.

Entre traversées périurbaines quotidiennes, désirs d’escapades sauvages et protocoles artistiques, l’exposition Azimuth débute par une démarche collective.

Non loin d’un processus performatif, les huit amis se réunissent pour une excursion inaugurale vers le Mont-Cima, avec comme point de départ, le pas de porte de chacun. La marche ou le parcours des rues, ruelles, chemins, puis sentiers, gagne le point le plus haut, le plus lointain, que le consentent huit corps en accord, à neuf jours du solstice d’hiver.

Dans une seconde ascension, le commissaire Frédéric Blancart se joint aux artistes, pour ensemble, s’isoler dans un refuge de haute montagne, après un tumultueux périple à travers cimes enneigées, pierriers et lac gelé. À plus de 2000 mètres d’altitude, la neige, comme empreinte de chacun, se fait sculpture éphémère : fosses ou monticules, lignes en creux ou en relief, sillages de directions différentes et convergentes en un même azimut.

Loin de se limiter à ces deux expéditions, la démarche perdure et annonce d’autres explorations et quêtes de nouvelles contrées, terres et mers.

Si la marche est un prétexte au rassemblement, chacun la conçoit à sa manière, révélant chaque individualité, comme interdépendante des autres. Certains performent, prélèvent et archivent, d’autres soignent, cultivent et assemblent.

Les marches engagées pour l’exposition, telles des échappées, libératrices des contraintes communes, révèlent comme une primauté, animalités et fantasmes enfouis, parfois envolées lyriques d’un corps à corps avec la nature.

Esquissant les contours d’un territoire parcouru, l’exposition appelle à une déambulation, à travers installations, sculptures, dessins, photographies et vidéos. Les œuvres retracent la multiplicité des parcours : chemins escarpés ou routes goudronnées, ascensions rocheuses ou plongées marines, voyages introspectifs ou collectifs.

Celia Vanhoutte, praticienne en médecine traditionnelle chinoise, accompagne les artistes des premières marches jusque dans la composition de l’exposition. Se focalisant sur les éléments et leurs matériaux elle élabore une scénographie énergétique qui dessine, sous un cheminement a priori arbitraire, des complémentarités et tensions entre les oeuvres.

Le commissaire Frédéric Blancart et le poète Tristan Blumel, parmi d’autres invités, ponctuent l’exposition par différents évènements, toujours dans un jeu de résonances et de déplacements.

L’exposition Azimuth, à la fois une et multiple, révèle une proposition collective, générée par l’entrecroisement de huit perspectives singulières.

L’exposition Azimuth s’inscrit dans le parcours à échelle régionale Des marches, Démarches, coordonné par le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, associé au Centre d’Art de Digne-les-Bains, à l’Espace de l’Art Concret à Mouans-Sartoux et au Laboratoire de Grenoble. À travers expositions, installations, performances et évènements, organisés durant l’année 2019, les acteurs culturels du territoire, s’unissent autour d’une dynamique commune. Des marches, Démarches, sur une proposition artistique de Guillaume Monsaingeon, impulse le mouvement en tant que pratique artistique : marcher, courir, grimper, pédaler, nager, selon des rythmes qui peuvent aller jusqu’au silence immobile, en parcourant des territoires qui peuvent être intérieurs, escarpés, bucoliques, urbains … Des marches, Démarches, explore l’incroyable richesse des déplacements à échelle humaine.

_______

Frédéric Blancart a bénéficié de la résidence curatoriale ACROSS de thankyouforcoming, résidence au cours de laquelle il rencontra les artistes Camille France-Guerra et Evan Bourgeau*

Vue d’exposition, AZIMUTH, Galerie Eva Vautier
 

 

 

 

© crédits photographiques François Fernandez, Benoît Barbagli

Avec Plaisir – Galerie Eva vautier – Exposition du 7 au 22 décembre 2018

 

Ben Vautier, Benoît Barbagli, Tom Barbagli, Pauline Brun, Marc Chevalier, Joseph Dadoune, Nicolas Daubanes, Sandra D.Lecoq, Kristof Everart, Gregory Forstner, Jacqueline Gainon, Alice Guittard, Jacques Halbert, Laurie Jacquetty, Natacha Lesueur, Philippe Matula, Gilles Miquelis, Frédérique Nalbandian, Gérald Panighi, François Paris, Florian Pugnaire, Charlotte Pringuey-Cessac, Caroline Rivalan, Simone Simon, Agnès Vitani, Anne-Laure Wuillai

 

Exposition du 7 au 22 décembre 2018

 

Sandra D.Lecoq, Les amours synéchiques, 2013

 

À découvrir pour vous faire plaisir cette fin d’année, une nouvelle sélection d’éditions et oeuvres originales des artistes de la galerie accompagnés de quelques invités.