1839
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-1839,theme-stockholm,qode-social-login-1.1.2,stockholm-core-1.0.9,woocommerce-no-js,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,side_area_uncovered,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

La mémoire et la mer

         On use parfois d’expressions poétiques si lisses qu’elles ressemblent à des galets usés. On hésite devant la mièvrerie dont elles sont pourvues mais invariablement , l’on y revient, comme pour caresser de vieux poncifs, des banalités heureuses auxquels l’on se raccroche malgré tout tant elles résonnent dans nos souvenirs. Il faut penser de la sorte mais aussi sous les auspices de l’humour et d’une flânerie étonnée, pour éprouver ce titre « La mémoire et la mer » qu' »Entre/Deux », Rébecca François et Lélia Decourt, proposent pour leur exposition d’œuvres consacrées à la mer.
                               La mémoire est le lieu de ce qui perdure sur les ruines de l’effacement. La mer est cet espace mouvant, « toujours recommencé » pour reprendre le vers de Paul Valéry, cet élément incertain où le destin des vagues restera d’échouer sur les rivages. Métaphore chargée pour l’un comme l’autre de ces termes qui jouent des mêmes entrelacs dans nos imaginaires. Aussi mettre en image cette proposition c’est prendre le risque de la vider de sa force poétique pour la contenir dans la seule séduisante surface de l’illustration. Mais là encore, il faut de nouveau rechercher une origine, une étymologie de cette « illustration »: C’est le lustre, la lumière. Ce flux de lumière qui demeure l’essence et la constance de l’espace maritime.
                             L’exposition rassemble ces résidus de lumière, ces hésitations entre permanence et mouvement continu. Elle s’érige ainsi comme lieu d’un déséquilibre qui met aussi en jeu nos principes de perception et notre stabilité corporelle. Il ne s’agit donc plus ici de représenter mais de se mesurer à cet univers-là qui nous attire autant qu’il nous effraie. La mer contient ses sirènes comme la mémoire revient avec ses démons et ses regrets heurter les rives de notre présent. Des dessins, des photographies, vidéos et autres compositions témoignent d’un puzzle impossible à recomposer. Comme la mer, la mémoire, la poésie…
Œuvres de Benoît Barbagli, Caroline Duchatelet, Marco Godinho, Julien Griffaud, Alice Guittard, Philippe Ramette, Omar Rodriguez Sanmartin.